Irlande – Burren : Rando à cheval sur la lune…

Carnet de voyage de Sophie au retour de sa rando à cheval dans le Burren (Irlande).

Rando Cheval en Irlande

L’Irlande, patrie du cheval s’il en est, évoque des prairies verdoyantes sillonnées de murets et des landes aux nuances mauves et argentées.

Mais c’est vers un bout du monde lunaire, très différent, que se dirige le petit groupe qui prend l’avion à destination de Shannon en ce samedi de juin !

Le Burren, à l’Ouest de l’Irlande, en bordure de mer entre le Connemara et la Péninsule de Dingle, est une région à la personnalité singulière et spectaculaire, qui a intrigué et attiré la plupart des cavaliers qui composent notre petite troupe, même si certains avaient déjà randonné en Irlande auparavant.

Une ferme restaurée vieille de 300 ans

Nous arrivons à l’aéroport de Shannon en début d’après-midi. Nous nous installons confortablement dans une maison d’hôtes dans laquelle nous dormirons pendant les 4 premières nuits : en effet, la randonnée est en ligne, mais nous quittons les chevaux chaque soir pour revenir à notre B&B, ce qui permet de limiter les changements d’hébergement.

Nous sommes immédiatement séduits par cette ferme vieille de 300 ans située au cœur du centre équestre, et le dîner au coin d’un feu de tourbe nous plonge directement dans l’ambiance irlandaise la plus authentique. Nous en profitons pour faire connaissance avec les autres cavaliers, venus de différents pays d’Europe. Entre amoureux des voyages à cheval, nous évoquons nos souvenirs de chevauchées précédentes, et notre impatience de découvrir ce qui nous attend en Irlande !

Irish Draught, Connemara ou Piebald ?

Rando Cheval en Irlande

Après un copieux petit déjeuner Irlandais, en route pour les écuries !

Chacun fait la connaissance de sa monture, attribuée en fonction de son expérience équestre. Ici, chacun doit prendre soin de son compagnon, le brosser et le seller, ce que nous apprécions tous, car ce n’est pas fréquent en Irlande et nous aimons avoir ce contact privilégié avec nos montures.

Dès cette première journée, dans les paisibles forêts avoisinant les montagnes de Slieve Aughty, nous sommes séduits par le caractère facile de ces solides chevaux irlandais.

Irish Draughts, Connemaras, Hunters, Piebalds ou Cobs, toutes ces races ont été sélectionnées depuis des dizaines d’années pour leur caractère autant que pour leurs caractéristiques physiques, et ils s’avèrent tous être de très agréables compagnons de randonnée.

Nous traversons des paysages de campagne parsemés de petites fermes d’élevage dans le Comté de Galway. En fin de journée, nous laissons nos chevaux dans un pré où ils passeront la nuit et nous retournons à l’hébergement pour une soirée relaxante.

De collines en loughs

Les chevauchées des jours suivants nous conduisent au sommet des collines des Slieve Aughty d’où nous avons un panorama magnifique sur le Lough Derg et la rivière Shannon.

Splendide camaïeu de couleurs saturées, les collines vertes contrastent avec le bleu-violet de la majestueuse rivière Shannon.

En chemin, nous passons devant de vieilles fermes en ruine, des kilomètres de murets de pierre et des plaines de tourbières exploitées de la même façon depuis des siècles… Nous sommes au cœur de la vie rurale irlandaise.

Un passage par les berges sablonneuses du Lough (Lac) Graney est le prétexte à un long galop et une petite baignade avec les chevaux dans cette eau rafraîchissante !

Nous passons la cinquième nuit dans le charmant village de Corofin, aux portes du Parc National de Burren.

Un monde minéral spectaculaire

Rando Cheval en Irlande

Changement total de décor pour ces deux derniers jours à cheval.

Ici c’est le monde minéral qui tient la vedette. L’étonnant plateau calcaire du Burren, sillonné de fissures et de crevasses dues au ruissellement de l’eau et au gel, forme ce qu’on appelle des lapiaz, sortes de puzzles de pierre géants, à l’échelle d’une colline, aux dessins réguliers.

Le nom de Burren vient d’ailleurs du gaélique An Bhoireann, « le pays pierreux ». Et La petite histoire veut que l’on en fît cette description à Cromwell : « Pas assez d’eau pour noyer un homme, pas assez de bois pour le pendre, pas assez de terre pour l’enterrer » !

Mais ne croyez pas que ce paysage soit désertique. Le Burren abrite une grande diversité de faune et de flore, très colorée et rarissime, formée d’un mélange de plantes méditerranéennes et alpines qui se développent côte à côte. Trouver ici de nombreuses gentianes, que nous sommes plus habitués à voir en Savoie, sera une des surprises de cette randonnée !

Chaleur humaine…

Cette étonnante région est également ponctuée de nombreux vestiges historiques des civilisations qui se sont succédées sur ce sol qui semble pourtant si rude… Dolmens et tombes mégalithiques accompagnent le Fort en ruine de Norman, ainsi que les nombreux autres forts celtiques.

Les deux dernières nuits sont prévues dans la région de Lisdoonvarna, célèbre pour l’ambiance musicale de ses pubs, et nous constaterons que cette réputation n’est pas usurpée… Il faut dire que notre groupe est maintenant très soudé et que la gaieté et la joie de vivre des Irlandais sont contagieuses !

Les plus hautes falaises d’Europe

Notre dernier jour de randonnée est une véritable apothéose…

Nous nous remettons en selle pour atteindre les hauteurs et découvrir une vue spectaculaire sur l’Océan Atlantique, les Iles d’Aran et les premières montagnes du Connemara.

Derniers galops pour apercevoir en fin de journée, les célèbres et très impressionnantes falaises de Moher, les plus hautes d’Europe, qui surplombent l’Océan de plus de 200 mètres.

Nous terminons enfin notre randonnée à côté des ruines du Château de Ballinalaken.

Nous étions venus pour les paysages uniques du Burren, et nous n’avons pas été déçus, mais nous avons aussi découvert une région riche de son histoire millénaire, et surtout la générosité des Irlandais… et de leurs chevaux !

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.